La construction sociale de l’objectivité – psychologie sociale

image

Extrait du livre de Gustave-Nicolas Fischer, La psychologie sociale, 1997, p-137-138 :

“Comment interpréter les diverses expressions de la conformité sociale ? […] La construction sociale de l’objectivité : notre jugement sur autrui et sur nous-mêmes se construit à partir des croyances qui, à leur tour, sont déterminées par les normes dominantes. Nous avons vu que la validation de nos jugements s’opère à travers la comparaison de nos opinions avec celles d’autrui et particulièrement l’opinion majoritaire.

Cette validation devient vraie, c’est-à-dire “objective” si elle est confirmée par la majorité; autrement dit, si elle est l’objet d’un consensus social et non d’une vérité objective. Plus précisément, c’est le consensus qui devient la base de la vérité sociale; celui qui se conforme est par conséquent dans le vrai; il a raison socialement car il est en accord avec la façon de faire de tout le monde; la conformité devient ainsi un critère d’objectivité.

Si, comme nous l’avons vu dans l’expérience d’Asch, cette objectivité est erronée, elle n’en est pas moins efficace socialement puisque c’est elle qui va déterminer le comportement de conformité. A travers cet aspect de l’influence sociale, la conformité apparaît également comme un processus à travers lequel les individus se rallient à des positions qui peuvent être dénuées de tout fondement objectif. Là réside également la force des normes sociales, tout comme l’illusion sur laquelle reposent nos conduites, mais, du point de vue social, peu importe l’illusion, pourvu qu’il y ait conformité. “

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.